Un style Lagerfeld ?

Karl Lagerfeld. Une personnalité à double tranchant. Soit on l’adorait, soit on l’abhorrait. Pourtant quoiqu’on en pense, nous pouvons tous nous accorder sur un point : ce grand Monsieur était un esprit vif qui savait capter l’humeur du moment pour le transposer dans ses collections ou autres projets. Il n’a jamais souhaité revenir sur son travail et n’a jamais voulu l’analyser – ça tue la créativité disait-il… Mais aujourd’hui, il apparaît que le designer a eu des influences récurrentes et qu’il existe bien un style Lagerfeld.

Le détail

Chanel HC

Été 1983

Chanel Métiers d'arts

2012

Fendi PAP

Été 2014

Il était le roi du détail et était son meilleur ambassadeur. Accumulation de bijoux et de chaînes, gants, breloques aux sacs chez Fendi… il était le roi de l’accessoire et montrait qu’ils contribuaient énomément à faire une tenue…

La mesure

Chanel HC

Hiver 2010

Chanel HC

Hiver 2011

Chanel HC

Été 2014

C’est particulièrement criant en haute couture. Les robes de Lagerfeld sont oppulentes, riches, classieuses mais gardent une simplicité et une facilité déconcertante, comme s’il était aussi facile de porter une robe du soir que de mettre un sweat et un jean. Pourtant elles sont magiques, elles font paraître les femmes qui les portent les plus classieuses et inaccessibles de la soirée, tant il semble facile pour elle de s’être glissée dans ce fourreau pailleté et plumé.

La silhouette en 3

Dans « Karl Lagerfeld se dessine », le designer confiait apprécier une silhouette superposant 3 ovales : celui de la tête, le haut et le bas de la tenue. Cette superposition est récurrente, notamment dans les tenues de jour chez Chanel. Les meilleurs exemples se trouvent dans la Haute Couture Chanel de l’été 2014 mais sont également dans la toute dernière collection du designer pour la Maison…

Le XVIIème siècle

L’histoire veut qu’un jour, le jeune Karl marchait avec ses parents dans une rue de Hambourg et passa devant la vitrine d’une galerie d’art exposant une reproduction du tableau de Mensel représentant le roi Louis II entouré des plus brillants esprits du XVIIIème. Dès lors, Karl Lagerfeld devint un fervent admirateur du siècle des Lumières, que ce soit le mode de vie ou le déploiement culturel et artistique de ce temps. Ce siècle n’a cessé d’influencer son travail et on retrouve plusieurs référence à ce siècle dans les collections : que ce soit des détails ou des collections entières construites sur cet (inépuisable) thème : la Croisière 2013 de Chanel ou bien l’Eté 2017 de Fendi en sont les meilleurs exemples.

La vie, les gens

La grande force de Karl Lagerfeld, c’était de faire la bonne chose au bon moment. D’ailleurs, c’est une des définitions qu’il donnait à la mode. Il savait écouter les clients et ce qu’ils voulaient : quelqu’un qui va chez Lagerfeld s’attend à trouver des habits dans le style du designer, une cliente Chanel veut trouver du tweed, des perles et du matelassé…

La culture

Karl Lagerfeld, c’était celui qui savait vous parler du Corbusier, de Fabergé ou d’un tableau à l’histoire scandaleuse dans une robe. Le designer était toujours affable d’une petite anecdote sur le détail d’une tenue. Ainsi une bretelle tombante du Prêt-à-Porter Eté 2019 faisait référence au portrait de Madame X par Sargent, qui avait fait scandale lors de sa présentation : sur la version originale du tableau, l’une des bretelles de la robe du modèle glissait nonchalamment sur son épaule…

 

 

Les spécialistes le concèdent : Karl Lagerfeld n'a pas fait de contribution majeure à l'histoire de la mode dans le sens où il n'a pas créé une silhouette révolutionnaire ou de pièce emblématique. Néanmoins on se souviendra de lui comme un précurseur qui a cru dès le début au Prêt-à-Porter et qui a créé des vêtements dans l'air du temps, qui correspondaient à ce que chacun attendait sans le savoir. C'est peut-être cela alors, le style Lagerfeld.

 

 

Émilien MAJOUREL